Vous êtes ici :: Accueil du site > Scandale présumé dans les IAE > Les chinois achèteraient des masters à l’IAE !?
Les chinois achèteraient des masters à l'IAE !?

jeudi 16 avril 2009, par YannB

La réussite n’a pas de prix. Plusieurs centaines d’étudiants chinois, inscrits à l’Institut d’administration des entreprises (IAE) de l’université de Toulon, auraient versé de l’argent pour se payer des diplômes.

Voir en ligne : Un vaste trafic de diplômes découvert à l’université

Extraits : source Le Monde : Pour avoir tout l’article, merci de cliquer sur le lien du quotidien

Un professeur porte plainte et le parquet Marseillais ouvre une enquète le 26 mars, une information judiciaire pour « corruption passive et active, et escroquerie ».

"Ils ont embarqué toutes les copies d’examen des étudiants chinois des quatre dernières années, a indiqué au Monde Pierre Sanz de Alba, le vice-président de l’université.

le quotidien souligne que la fraude s’effectuerait depuis quatre ans et progresserait d’années en années. 300 diplômes potentiellement vendus et 2700 de frais d« acquisition ». Coquette somme.

Bref à la télé, on visionne des étudiants Chinois sur nos « campus » qui ne parle pas Français. Très louche, mais ces pratiques supposées sont totalement démentis par le directeur qui prétexte que tout est verrouillé, etc... Les étudiants asiatiques dénoncent directement des pratiques, Les profs font de même.

Bref

100 % DE REÇUS pour des étudiants qui effectuent quelques incursions annuelles dans les amphis.

Il y a deux mois, la direction de l’université de Toulon a procédé à des vérifications. « En février, dès que nous avons su que des soupçons pesaient sur la validité des diplômes de l’IAE, nous avons diligenté une enquête administrative », « Nous avons constaté des choses troublantes » souligne M. Sanz de Alba.

Des fraude possible dans les universités de Pau, de La Rochelle, de Poitiers et dans une autre en région parisienne. « C’est une enquête complexe qui demandera du temps », prévient le procureur de la République de Marseille, Jacques Dallest.

P.-S.

Bon, laissons la justice faire son devoir et vérifier s’il y a eu réellement escroquerie.

Répondre à cet article